25 août 2008

Rincer

Un peu d'art dégénéré pour mes nouveaux amis qui n'en finissent plus de trouver que les rastas locks avec le casque à boulons ne font pas bon ménage. Pourtant le Horst und Wessel Lied, ou mieux, le Florian Geyer Lied en reggae, sûr, ça aurait de la gueule. Dans mon immense naïveté, j'avoue ne pas saisir pourquoi ils m'en veulent tant de faire de pareilles suggestions.

Ces gens vous transformeraient une mesure 6/8 en 2/4 en mettant des triolets à la place des noires pointées. Quand la moelle épinière supplante le cerveau les subtilités échappent.

J'suis sûr que le noir vous convient mes petits loups. Vous allez a-do-rer.

Nina Simone, I put a Spell on you

Posté par monsieur_canard à 21:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Rincer

    Tu sali la mémoire du Fhürer avec ta musique de nègre. Mais nous nous reléverons et tu paira.

    Sieg Heil !!!

    Posté par Rex, 27 août 2008 à 02:52 | | Répondre
  • Mon orthographe, souvent, chancelle.

    Néanmoins, le "h" aurait sans doute mieux trouvé sa place après le "u" umlaut. Il est vrai que je pratique peu la langue de Goethe, si ce n'est dans les cantates d'un luthérien loin de tout paganisme ou dans les livrets d'opéras d'un autrichien - traître cosmopolite, tu ne l'apprécierais pas - mais certes pas dans "Mein Kampf". Je ne souhaiterais pas te conduire à l'abîme - quoique... - aussi je t'invite à vérifier par toi-même dans un gros livre que l'on nomme dictionnaire. (As-tu vu comme la nègre casquette d'un chenapan vient de tomber dans le gouffre ?)

    Je te laisse traquer pour purifier les entorses que tu fais subir à la langue de Voltaire avec laquelle tu parais fâché. Et n'appliquant pas les idées du grand homme, mais par ouverture d'esprit m'intéressant aux tiennes, les commentaires de ce journal seront désormais modérés.

    Bien à toi, cher roi d'une peuplade surnuméraire, j'espère que tu ne m'encombreras plus de grêles d'insultes.

    P.S. Te suis-je redevable de quelque chose, enfin "vous", puisque tu apprécies tant la grégarité ? T'écoutant bêler avec les moutons, ou japper avec les roquets - crois-moi, tu n'es pas mâtin et encore moins loup - un mouvement de coeur me vient. D'un porte-monnaie j'extrais quelques coupons de monnaie de singe.

    Posté par monsieur_canard, 27 août 2008 à 15:45 | | Répondre
Nouveau commentaire