08 août 2008

Discobole

Utiliser la force non comme fin, mais comme moyen d'être complètement relâché et de peaufiner la technique. On retrouve souvent les étapes dans cet ordre et dans différentes disciplines, pas uniquement sportives. Il est en effet inutile d'exécuter brutalement si la technique n'est pas au point. Seule la recherche permanente, l'intériorisation du geste conduisent à se dépasser. À bien y réfléchir il en va de même au clavier. La solidité des doigts, l'épaississement de la paume, de l'ensemble musculaire de l'avant bras et du haut... [Lire la suite]
Posté par monsieur_canard à 01:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2008

Récriminations

Elles sont difficiles à supporter, en particulier lorsqu'elles sont prononcées d'une voix perçante et qu'elles ne contiennent pas la moindre formule de politesse. Quel rapport avec le banjo du soleil levant ? Simple. Voici presque un an qu'un enfant est né. Depuis je n'avais jamais pris le temps de rendre visite à ses parents, même si je connais bien sa mère. Recevant des nouvelles de manière tout à fait inattendue, je me suis donc décidé à entreprendre le voyage et à demeurer deux jours. Comme tu le sais, cher plus que... [Lire la suite]
Posté par monsieur_canard à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2008

Cercle

Souvent on entend désapprouver les activités sportives impliquant lutte et coups. À celle ou celui qui aime ces spectacles, le bon goût outré jette un regard de mépris. Quoi de plus beau pourtant que le corps entraîné, et le geste efficace ? Mais tout se confond dans l'esprit des contempteurs. Ils veulent le marbre grec, des muscles de bronze, les guerres épiques, en oubliant pancrace et hoplites. Voyant un athlète affûté monter sur le ring, ils ferment les yeux, la moue dégoûtée. C'est aller trop vite... Au pancrace les poings... [Lire la suite]
Posté par monsieur_canard à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2008

Fils

Des navettes aux trajets biscornus tirent ceux que suit la pensée. Comment va-t-elle du guzheng vers Satie entre 3:43 et 3:49 ? D'abord repérer les structures. Ensuite goûter la variété des timbres, des tons et des nuances. Enfin dévider la bobine. Pas d'espace insécable. Irritant. Notez le mouvement du bras pour rythmer le silence final.
Posté par monsieur_canard à 19:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]