02 février 2008

Orient

Bientôt dix ans. Un nargileh en provenance du Liban et l'odeur sucrée du tabac à la pomme me reviennent. Les soirs d'oubli au Kremlin, l'eau de vie polonaise, les courses vagabondes, les parties de dés durant lesquelles nous nous partagions les richesses du monde. De quoi discutions-nous ? Les musiques sont toujours là. Oum Kalsoum, dont nous allions chercher les CD's dans une échoppe populaire, à côté des supermarchés asiatiques. Le propriétaire aimait Fairouz. Sa femme travaillait avec lui. Couple de petits vieux... [Lire la suite]
Posté par monsieur_canard à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2008

Mutique

Ça faisait longtemps que je n'avais plus écouté un Pink Floyd. Souvenirs de chambres miteuses, de rêves capiteux d'orient, de crises de rire avec les amis. Années où l'on dépense son temps sans compter : tant de jours à venir d'un éternel présent. Dans la vie, je puise à plein poing, et je jette des trésors à tous les vents. Aurais-je dû économiser avec sagesse ? Préparer l'avenir comme on le conseille d'ordinaire ? Jeune homme bien sous tous rapports... Plus je retourne et moins j'en suis convaincu. Préparer quoi ? Certains... [Lire la suite]
Posté par monsieur_canard à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2008

Gasoline

Un peu marre de jouer les équilibristes ou les pénélopes. Je ne lancerai pas Der Rosenkavalier ou Also sprach Zarathustra. Quoique le fouet du second me séduise autant que ses montées ivres et ses descentes incontrôlées. Ariane auf Naxos ! Voilà un rôle à ma mesure, me glisse-t-on là-bas. Vous oubliez que je vieillis. D'autres éditions et de beaux livres. Ni meringue ni chantilly. "It's Bukka not Booker, and he da shit !" Admiration ou mépris ? Dans ce registre, tout est possible. Antiphrase comprise. Aujourd'hui,... [Lire la suite]
Posté par monsieur_canard à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2008

Pagode

Durant la nuit de vendredi à samedi un tragique accident a détruit la pagode abritant les hauts fonctionnaires œuvrant pour le Fils du Ciel. Si nous n'étions en Chine, j'évoquerais bien la disparition du Pavillon d'Or. Heureusement aucune victime à pleurer. L'Empire a aussitôt fait bâtir une nouvelle demeure, plus magnifique encore que la précédente. Mozart, Die Zauberflöte, "Der Vogelfänger bin Ich, ja..."
Posté par monsieur_canard à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]