24 mai 2008

Œuf

Période faste.

L'haruspice tenait raison, tout comique qu'il soit. Il m'a paru qu'il souriait en m'apercevant avant de me livrer le mystère de sa lecture. Bon signe à bien considérer la chose.

Dans le temple d'osier une prêtresse veille, le khôl souligne la courbe de sa paupière. Attendre que ses fils, ses filles flèchent l'azur.

Aujourd'hui : grand d'Espagne vivant en voleur, de retour d'Alger, enivré de vins brûlés et des parfums de cèdre d'une maltaise. Ma main dans ses toisons charmantes, ma bouche sur sa peau, ses soupirs à l'oreille. Vendu, acheté, échappé. Pourpoint usé, manteau d'un autre, lame qui va droit. Cœur rouge de roi, appétit de larron, moquerie d'homme libre au coin de la babine.

The Beatles, Across the Universe

Bono

Posté par monsieur_canard à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Œuf

Nouveau commentaire