31 janvier 2008

Mutique

Ça faisait longtemps que je n'avais plus écouté un Pink Floyd.

Souvenirs de chambres miteuses, de rêves capiteux d'orient, de crises de rire avec les amis. Années où l'on dépense son temps sans compter : tant de jours à venir d'un éternel présent. Dans la vie, je puise à plein poing, et je jette des trésors à tous les vents.

Aurais-je dû économiser avec sagesse ? Préparer l'avenir comme on le conseille d'ordinaire ? Jeune homme bien sous tous rapports... Plus je retourne et moins j'en suis convaincu. Préparer quoi ? Certains tirent après eux un sillage de grave tristesse. Au beau milieu d'un printemps ils vous lassent d'hivers. D'autres de ceux d'alors, plus sérieux encore, qui avaient de l'avenir par le mérite, ont déjà payé l'écot. Nulle dette ne leur reste. D'ailleurs avec quoi règleraient-ils ? l'unique vêtement qu'on leur a laissé n'a pas de poche.

Aurai-je encore vingt ans demain ? Certes. Rien n'indiqua jamais que je m'éteindrais bercé de paix et de douceur. Pourtant, parfois, il me vient le désir de fermer toutes les issues et de partir m'isoler définitivement dans le fond de moi-même. Plus de contact, plus de mots, plus de sens à donner. Juste se métamorphoser en masse aphasique. Désir, simple désir, contraire à ma nature. Pour voir, pour essayer.

J'aime l'inconfort.

Pink Floyd, The Wall, "Comfortably Numb"

Posté par monsieur_canard à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Mutique

Nouveau commentaire